Claude de France, épouse de François 1er

 

 

 Fille de Louis XII et d’Anne de Bretagne, Claude de France naît à Romorantin le 13 octobre 1499. Sa naissance est synonyme de liesse : enfin Louis XII a un enfant.

 

  La petite Claude, enfant choyée par ses parents, réside toute son enfance au château de Blois avec ses parents. Sa mère la destine à Charles Quint, mais son père, pensant au duché, la fiance à François d’Angoulême, futur François 1er.

 

  Sa mère meurt en 1514. Claude sera toujours triste de sa mort. Son père, qui avait sans cesse repoussé les noces de sa fille par égard pour « sa Bretonne », en profite : il les marient le 18 mai 1514 à St Germain-en-Laye. Le mariage est morne : comme la suite de la courte vie de Claude de France. Toute la cour est en deuil de la reine Anne, qui est unanimement regrettée. 

 

  Claude est dite chétive, boiteuse et accablée d’un strabisme. De nature discrète, elle ne cherche pas à se faire sa place dans cette cour qui devient austère dés la mort de son père un an plus tard. On lui fait comprendre que son seul pouvoir est la maternité. Et le mariage fut fécond :

-Louise (1515-1518)

-Charlotte (1516-1524)

-François (1518-1536)

-Henri II (1519-1559)

-Madeleine (1520-1537)

-Charles (1522-1545)

-Marguerite (1523-1574)

 

  Ces grossesses successives fatiguent la reine Claude, qui, malgré sa santé délicate et ses grossesses sans fin, est toujours ballottée de château en château, menant avec peine la vie itinérante qui plaisait tant à son époux (entrées solennelles dans les cités notamment).

 

  Louise de Savoie, sa belle mère, dirige sa vie à sa place, la rudoyait même parfois, selon les chroniqueurs, qui eux, louent « la bonne reine ». Claude est très douce, pieuse et charitable. Non seulement d’être reine de France (titre dont elle n’use guère) elle hérite de sa mère le titre de duchesse de Bretagne. Elle luttera peu pour cette indépendance, qui prendra fin en 1532, après son trépas.

 

  Quant à François 1er, il n’a jamais eu beaucoup d’égard pour elle. Il écrit à sa sœur Marguerite : « J’estime certes cette fille du roi, mais je ne pourrais jamais l’aimer. Rien en sa personne ne me séduit ».

 

  Alors que son époux prépare la campagne italienne de 1524, Claude est mourante, au château de Blois. Son époux, Louise de Savoie et Marguerite de Navarre partent sur la route des batailles. Claude n’a plus la force de se déplacer. Elle meurt le 20 juillet 1524, à Blois, sa demeure favorite, avant d’avoir atteint ses vingt-cinq ans.

 

  Ses contemporains ne tarissent pas les louanges sur Claude. Un bourgeois parisien, Nicolas Versoris, écrit après sa mort : «La bonne dame était fort aimée de son vivant et après sa mort car elle était toute bonne et honnête de bonne vie ». Son oraison funèbre la célèbre comme : «l'une des plus honnêtes princesses que la terre portît oncques et la plus aimée de tout le monde, des grands et petits, créant que si celle-là n'est en Paradis, que peu de gens iront. »

 

12 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Commentaires (1)

1. PASCAL-BUTRUILLE Claude-France 21/09/2012

Mon prénom est Claude-France (née en 1940)
Je ne connais aucune autre personne portant ce prénom, et je me sens parfois un peu seule...
Mes parents m'ont appellée ainsi par patriotisme, car je suis en Bretagne pendant l'exode 1940, alors que nous habitions Lille.
J'aimerais beaucoup rencontrer quelqu'un portant le même prénom.
Je lance la bouteille à la mer.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site