Clotilde de Burgondie, épouse de Clovis 1er

 

 

  Clotilde, fille du roi de Burgondie Chilpéric, naît vers 475 à Lyon. Son oncle Gondebeau, qui haïssait son père, assassine la plupart des membres de sa famille, excepté sa sœur Sedeleube (qui est cloîtrée dans un couvent et mourra peu après) et elle. Gondebeau fait élever sa jeune nièce prés de lui, et lui fait apporter un enseignement catholique.

 

  Vers quinze ans, Clovis, roi des Francs, lui demande sa main. Il est déjà marié avec une épouse on ignore tout, sauf qu’elle lui donna un fils, Thierry. Elle est probablement décédée lors de cette demande en mariage. Clotilde consent à cette union, à la condition que son royal époux se convertisse au christianisme, probable conseil de Avitus, évêque du Dauphiné. Clovis accepte sa requête.

 

  Elle est alors conduite solennellement à Soissons, dans une basterne (chariot tiré par des bœufs) pour ses noces, qui ont lieu en 493.

Clotilde donnera cinq enfants au roi Clovis :

- Ingomer (né et mort en 494)
- Clodomir (495-524)
- Childebert (496-558)
- Clotaire (497-561)
- Clotilde (?-?)

 

  Le roi montre peu d’empressement à consentir à son engagement envers Clotilde. Elle insiste pour que leur aîné, Ingomer, soit baptisé. Hélas le nouveau-né meurt peu après. Clovis maudit Clotilde, mais est contraint d’accepter de baptiser leur second fils, Clodomir. Il tombe alors très gravement malade, mais ne meurt point. Après sa guérison, Clovis refuse encore de se faire baptiser ; il vénère encore de faux dieux. Lors de la bataille de Tolbiac (vers 496), Clovis frôlait la défaite. Il invoque le dieu de sa femme, et jure qu’il se fera baptiser en son nom s’il est vainqueur. C’est ce qu’il advient, et Clotilde, après la bataille, fait venir St Rémi, l’évêque de Reims, pour organiser le baptême du roi. Ce célèbre événement aurait eut lieu le jour de noël 498 (la date est contestée).

 

  Cet événement ne changera hélas rien à la politique barbare de Clovis. Il tue de sa main ou fait exécuter tous ses parents susceptibles de revendiquer le trône. Clotilde elle même oeuvra, après le baptême de son époux, à la mort de Gondebeau et de sa famille.

 

  A la mort de Clovis en 511, à 45 ans, Clotilde voit leurs fils se partager le royaume. Elle les pousse ouvertement à s’acharner sur son oncle qui la faite orpheline, et sur sa descendance. Ils sont tous torturés avant d’être mis à mort (Sigismond, cousin de Clotilde, et jeté vivant dans un puits, après avoir assisté à l’assassinat de son épouse et de leurs enfants).

 

  En 524, après la mort de Clodomir (précipité dans un puits par un Burgonde), Childebert et Clotaire désirent mettre à mort leurs neveux. Ils demandent le consentement de Clotilde qui accepte naïvement, préférant voir ses petits-enfants morts que tondus. Les frères tuent les deux aînés, mais le cadet, Clodoald (futur St Cloud), sera épargné. Clotilde fut informée de cet acte et fut accablée de douleur. Elle se charge de les inhumer.

 

  Clotilde se retire de la cour pour se laver de ses péchés. Elle s’installe dans un monastère à Tours, près du tombeau de St Martin. La reine-mère y mène une vie de pénitente. Elle y meurt le 3 juin 545, et est enterrée à la basilique Ste Geneviève, près de son époux. Elle a été sanctifiée ; elle est fêtée le 4 juin.

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×