Angélique de Scoraille de Roussille, duchesse de Fontanges, favorite de Louis XIV

  Angélique est née en Auvergne en 1661. Elle a, par conséquent, l’âge du Grand dauphin. Ayant remarqué sa grande beauté, un cousin se charge de la faire entrer à la cour de Louis XIV en 1678 comme demoiselle d’honneur de la duchesse d’Orléans, belle-sœur du roi.


  Louis XIV est alors tiraillé entre la marquise de Montespan et madame de Maintenon. Athénaïs de Montespan voit en Angélique le moyen de reconquérir son royal amant : séduit par la beauté de la demoiselle, le roi délaissera la marquise de Maintenon. Sachant que malgré son charme physique, Angélique est «sotte comme un panier», Athénaïs est sûre que Louis reviendra vers elle.

  La chose est faite rapidement. Quelques semaines après la présentation de la jeune femme, le roi en fait sa nouvelle favorite et ne cesse les divertissements en son honneur. Il montre grandement son attachement à elle en portant bien souvent des rubans assortis à ceux d’Angélique. Bientôt, il apparaît qu’elle est enceinte, ce qui provoque la colère d’Athénaïs qui ne pensait le roi si épris de sa jeune conquête. Elle dira alors à la marquise de Maintenon «le roi a trois maîtresses : moi de nom, cette fille de fait et vous de cœur».


  Angélique crée bientôt la célèbre mode à la Fontanges : lors d’une promenade à cheval dans la forêt de Fontainebleau, ses cheveux s’accrochent à une branche et elle apparaît devant le roi décoiffée, sa natte défaite, ce que Louis trouva Charmant. Le lendemain, toutes les courtisanes adopté cette coiffure sauf la marquise de Montespan qui trouvait cela de «mauvais goût».
En décembre 1679, Angélique mis au monde avant terme un fils mort-né et ne s’en remis pas. On la disait alors «blessée dans le service».


En 1780, la faveur d’Angélique décline lorsque le roi la titre duchesse de Fontanges. Toujours malade (en proie à de nombreuses pertes de sang) depuis son accouchement, elle se retire dans une abbaye près de Pontoise avant de réapparaître à la cour. Mais en 1681, elle fut victime de fortes fièvres et dû partir à l’abbaye de Port-Royal. Crachant ses poumons durant plusieurs jours, la duchesse mourut dans la nuit du 27 au 28 juin 1681 âgée de vingt ans. On accusa très vite Athénaïs de Montespan de l’avoir fait empoisonner ainsi que son enfant. Le roi ordonnera alors une autopsie qui tranchera pour une mort naturelle.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site