Bertrade de Montfort, épouse de Philippe 1er

  Née en 1067, elle est fille de Simon 1er de Montfort et d’Agnès d’Evreux. En 1088, Bertrade épouse le comte d’Anjou, Foulques IV « le Réchin », dont elle est la cinquième épouse et qui est son aîné de plus de vingt ans. Elle lui donne un fils, Foulques V, en 1090.

 

  Vers 1090, le roi Philippe rencontre Bertrade qui est réputée très belle, pleine d’esprit, galante et sans scrupules. Il devient fort épris d’elle, et fera d’elle sa maîtresse peu après. Philippe l’enlève pour vivre avec elle la veille de la Pentecôte de 1092, après s’être séparé de son épouse Berthe de Hollande.

 

  Bertrade vit donc loin de son mari et tente de divorcer pour épouser le roi. Le mariage a lieu, contre les lois de l’Eglise, le 15 mai 1092. Le pape Urbain II jette l’anathème sur eux en 1095, lors du concile de Clermont, et empêche le roi de partir en croisade.

 

  Philippe résiste tant qu’il peut pendant deux ans. Il finit par se rendre et jure de cesser tout commerce illicite avec Bertrade. Mais il ne tient pas parole et retourne auprès de Bertrade, qui lui a donné quatre enfants :

-Philippe (1093-1123)

-Fleury (1095-1118)

-Cécile (1097-1145)

-Eustachie (v. 1100- ?)

 

  La mort d’Urbain II en 1099 et l’élection de son successeur Pascal II n’arrange guère la situation des deux amants, lequel renouvelle les dispositions prises par son successeur. Philippe tente de se rendre à Rome pour négocier avec le souverain pontife, mais l’évêque de Chartres, fermement opposé à Bertrade, l’empêche de partir pour l’Italie.

 

  Lorsqu’un nouveau concile a lieu à Beaugency, Philippe et Bertrade s’y rendent ensemble, et, faisant preuve de beaucoup d’humilité, jurent sur l’Evangile qu’il n’y aura plus relation charnelle entre eux.

 

 

  Ils ne respectent que très peu de temps cet engagement solennel, avant de retomber dans le péché. Le pape, qui a besoin d’appuis militaires pour lutter contre l’empire allemand, se lasse des procédures et laisse le couple vivre en paix avec l’Eglise. Même le très âgé Foulques d’Anjou pardonne à Bertrade.

 

  Philippe 1er meurt le 30 juillet 1108. Bertrade, à presque cinquante ans et passant encore pour fort belle, se retire de la cour où elle est peu appréciée, en particulier par le nouveau roi Louis VI (qu’elle a tenté de déposséder de ses droits dynastiques au profit de son fils).

 

  Elle prend le voile à l’abbaye de Fontevrault, où elle passe une fin de vie pieuse et austère. Bertrade de Montfort y meurt le 14 février 1117.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site